Collectif anti Baccharis

 

Lettre de Jean Guitard:

Nous courons autour de l’une des plus belle baies du monde, bordée de marais, de digues …

Nous admirons la faune, la flore pendant nos efforts. Qu’elle sera cette flore demain, les marais sont fragiles, des plantes invasives les détruisent petit à petit.

En effet, nos marais voient proliférer les baccharris

Originaire d’Amérique, cette plante au feuillage verdoyant a remporté un fort succès dans les jardineries. Cependant, quand l’automne approche, cet arbuste libère des milliers de graines à l’aspect cotonneux, on le surnomme d’ailleurs « faux cotonnier ». Malheureusement, ces graines très volatiles se dispersent sur d’importantes distances. Les faibles exigences de cette espèce lui permettent de s’installer un peu partout le long du littoral. Il a été dénombré jusqu’à 5 plants par m² l’année suivant l’absence de fauche dans des prairies humides (P. Blanchard- Conservatoire Botanique Sud-Aquitaine, com. pers.).

La réserve naturelle des prés salés n’est pas épargnée (plusieurs hectares ont ainsi disparu). On peut l’observer tout au long du sentier du littoral se substituant à la flore autochtone. Les baccharris éliminent toute vie animale et végétale sous leur feuillage très dense. On retrouve ainsi un paysage uniformisé.

Pour mettre fin à sa prolifération et au danger qu’elle représente pour la faune et la flore de nos marais et de nos côtes, la coupe et l’arrachage sont les principaux moyens.

Un « collectif anti-baccharris » avec le soutien de certaines communes du GOLFE et du P.N.R. a lancé une opération d’élimination de cette plante pour que les marais et le golfe retrouvent leur biodiversité.

Si vous voulez participer à nos chantiers un dimanche par mois, adressez un mail à: jean.guitard3@gmail.com

 

Le 01 February 2016

Commentaires (0 commentaire)


Soumettre un commentaire
Nom : *
E-mail : *
L'avatar Gravatar est basé sur cet e-mail.
Site internet :
Commentaire : *
 

< Revenir aux articles