Dernières interviews de Nathalie Mauclair, Christian Dilmi, Romuald de paepe, Jean-Jacques Moros, Olivier le guern

 

Ultra Marin Raid du Golfe - J-1 - Interviews


Dernières interviews de Christophe Faligon, Yanoo Run Communauté

Nathalie Mauclair, Erik Clavery, Olivier le Guern, Christian Dilmi, Jean-Jacques

Moros, Romuald De Paepe, Fiona Porte.


 

    

 

J-1 avant le départ du 177 km demain soir à 19h00, du 86 km samedi à 17h00, du 56 km samedi à 18h00 et de la marche nordique 28 km samedi 12h00.

Plus de 2860 coureurs inscrits pour ce week end, sous un temps assez clément, et assez frais pour fin juin. Personne ne risque une insolation samedi après midi ! Il paraît même qu'un peu d'eau soit prévu !

 

En attendant le suivi live sur YaNoo dès demain soir, quelques interviews de favoris, et leur explication quant à leur présence à Vannes ce week end pour la 8ème édition de l'Ultra Marin Raid du Golfe.

                                                                                  

Favoris sur le 56 km - Challenge TTN

Nathalie Mauclair, avec une victoire Aux Gendarmes et aux Voleurs de Temps fin mai sur le 65 km (7ème au scratch), seconde à l'Ecotrail Paris fin mars (80 km). Elle court ce week end sur le 56 km pour marquer des points au TTN.

 

Comment vas tu depuis l'écotrail ?

Je vais bien depuis l'écotrail. Comme j'étais déshydraté pendant la course je n'ai pas pu courir à mon rythme et j'ai eu moins mal aux jambes après et la récupération c'est bien passée. Rapidement,j'étais repartie à l'entrainement.

Quelles courses as tu faite entre temps ?
J'ai fait le Trail Drôme Lafuma , mon sponsor, comme c'était 3 semaines après l'écotrail, j'ai couru la petite distance qui était  une manche du TTN court. Dans la dernière descente Stéphanie Duc, en tête du TTN court actuellement, est passée devant, j'ai fini juste derrière. Ce fut une belle expérience, avec une course sur un terrain différent qui m'a obligé à travailler les descentes.
Ensuite, fin avril j'ai fait une manche de la coupe de France des raids Multispost dans les Landes, le Raid XL, avec l'équipe Lafuma Raid. J'étais avec Hervé Simon, Marc Balaskovick et Benoit Pével, nous avons remporté cette manche devant les équipes masculine.
Après, il y a 4 semaine, j'ai participé à la 4ième manche du TTN, "les gendarmes et les voleurs de temps" dans le Limousin. J'ai fini 1ière féminine et surtout 7ième au scratch.
Je n'ai rien fait depuis.

Tu es en forme pour ce 56 km ?
Je vais bien, je pense mettre bien préparée, je n'ai pas de douleurs particulières. Cette année j'essais de ne pas trop en faire pour tenir toute la saison.

Tu le feras à fond ou en entrainement ?
Je le ferai comme une compétition comme dit Dominique Chauvelier " Quand on a le dossard sur le ventre ce n'ai pas possible de faire un entraînement, on court comme une course". Au début je ne le croyait pas mais ma petite expérience m'a prouvé qu'il a raison. Donc, je vais courir comme une compétition, surtout que Fiona va être là, donc je n'aurai pas le choix. "Aux Gendarmes et aux voleurs de temps" j'aurai pu faire la course en dedans, mais comme beaucoup de coureurs ce que j'aime c'est donner le meilleur de moi même avant de penser à la place.

Première fois pour toi ici à Vannes ?
Oui, c'est une première pour moi à Vannes comme toutes les autres étapes du TTN. Le fait que chaque manche se déroule dans des régions différentes de la France permet de varier les terrains et les difficultés. Cette étape en bord de mer me rappelle le trail du bout du monde et d'excellents souvenirs. 

Fin 2012 on te voit où ? 
J'ai 4 objectifs pour le second semestre 
- Mi Août : Sirre Zinal, avec l'équipe de France de Trail;
- Mi septembre  : La final du championnat du monde des Raid multisport avec l'équipe Lafuma Raid
- Début octobre : le championnat de France de Duathlon par équipe
- Fin octobre : les Templiers
  
.
                                                                                          
.

Fiona Porte : « Ca risque d’être juste »

     

 

Victorieuse de l’Ecotrail de Paris, où elle s’était hissée dans le top 10 au scratch, la jeune Fiona (23 ans) a ensuite dû couper en raison d’une blessure au genou. Voilà pourquoi, il lui semble difficile de pouvoir dominer Nathalie Mauclair. Mais cette athlète pleine de surprises, qui portera pour la première fois les couleurs d’Endurance 72 tiendra sans doute à honorer ce nouveau maillot.

 

. Comment se fait-il que l’on ne t’a plus vu depuis l’EcoTrail de Paris ?

- C’est simple, je n’ai participé à aucune compétition. J’étais blessée. Je souffre d’un problème récurrent au genou. J’ai dû passer sur le billard, afin de subir une ablation de corps étrangers. Les toubibs n’ont pas trouvé de quoi il s’agit. Je n’ai repris l’entraînement que depuis un mois et j’ai toujours mal. On ne peut pas dire, que j’ai suivi une préparation de folie.

 

. C’est-à-dire ?

- Je fais en fonction de la douleur. Quand je n’ai pas mal, je cours bien. Heureusement que le profil du Trail 56 est peu vallonné, parce que je ne passerais pas une épreuve comme la 6000 D, qui présente un fort dénivelé. Même, si j’ai pu travailler le foncier et le cardio en compensant par des sorties en vélo, je risque malgré tout de manquer de km. On verra bien. Je suis venue, parce que ça me permettra d’accrocher ma 3e manche au TTN, suite à Gruissan et l’Ecotrail.

 

. A quoi se résument tes ambitions ?

- Souvent cette saison, je me suis retrouvée à la lutte avec Nathalie Mautclair et excepté à l’Ecotrail, j’étais derrière elle. J’ai pu la battre à Paris, parce j’ai mieux tenu sur la longueur. Au 60e km, j’étais encore derrière elle. Là, sur un effort de 4 heures à un rythme plus rapide, ça risque d’être juste. Donc, à l’occasion de cette course de reprise, ça ne sera déjà pas mal d’apercevoir la ligne d’arrivée et de découvrir la Bretagne. Voilà pourquoi je ne ressens aucune pression  Mais on ne sait jamais ce qu’il peut se produire en course et on verra dans l’action. En plus, pour la première fois je porterai les couleurs d’Endurance 72.

 

. Pourquoi avoir muté à l'endurance 72?

- L’ACO Firminy est trop axée sur la course en montagne. Je veux m’épanouir également dans le trail.

 

                                                                                         
.
Romuald Depaepe, Team Adidas, inscrit sur le 56 km qui vient à Vannes pour la 4ème fois.
.
  
Comment vas tu depuis l'écotrail ?

Là, ça va beaucoup mieux. J'ai bien récupéré de l'éco trail, m'accordant du repos car je n'avais pas programmé le Nivolet Revard.
J'ai pu bien préparé les GVT. Malheureusement, une semaine avant ce trail, j'ai ressenti de la fatigue. Malgré celà, je limite au mieux en finissant 6ème. C'est dommage car deux semaines auparavant, j'avais réussi d'excellentes séances. Depuis, j'ai bien géré les 4 semaines entre les deux trails et avec quelques séances spé Morbihan, je pense arriver en très bonne forme samedi.

Quelles courses as tu faite entre temps ?

Outre les GVT, j'ai participé à une manche du challenge trail de ma région pour mon club que j'ai remporté (la maizonnaise; 38km et 800m ), ainsi qu'à la Fontrail (25km), course pour la lutte contre le cancer auquel je suis sensible. (victoire)

Tu es en forme pour ce 56 km ?

J'ai bien géré les 10 derniers jours pour ne plus faire de fatigue. Juste un rappel de seuil samedi dernier (où les chronos étaient très bons malgré les conditions).

Côté ttn, tu es comment ?

Je suis actuellement 5ème. Un coureur ayant déjà 4 courses (Laurent Michel ) me précède. Si je veux approcher le podium à la fin de l'année (et faire mieux que 4ème en 2011), il me faut réussir mes deux courses qui arrivent.
Pourquoi le TTN t'intéresse ?

Je fais partie du club de Reims (EFSRA). J'y suis arrivé il y a trois ans et ils m'ont fait confiance pour que je montre que le trail peut exister partout, même dans le nord. ça rapporte des points pour le club et la formule me convient bien. Il y a eu plein de bruits sur cette formule, mais au fond, elle a permis à de nombreux coureurs de se montrer.
Tu le feras à fond sur ce 56 km ou en entrainement ?

à fond évidemment... lol
C'est la 4ème édition et j'y participe pour la ... 4ème fois... 3ème en 2009 et 1er en 2010 et 2011... Le parcours me plait beaucoup. C'est juste dommage que le départ ne soit pas à 20 heures; heure qui me parait l'idéal pour avoir du jour et de la nuit. Là, je ne verrai pas la nuit...

Tu aimes bien le trail ici à Vannes ?

Oui, j'aime bien cette région. Les côtes sont vraiment magnifiques. Le climat me convient bien. Après, je ne peux pas dire qu'il n'y a rien à changer sur cette épreuve. Il faut être très vigilant sur le balisage.

Fin 2012 on te voit où ?
 
La côte d'Opale bien sûr et les Templiers: ce sont deux courses adidas , mon sponsor.
Et bien sûr, une course m'attire depuis longtemps: la Saintélyon... un peu comme Guerlédan et le Glazig...
.
 
.
                                                                                         
  

Erik Clavery

Champion du monde de trail en titre, le Nantais Eric Clavery visera évidemment la victoire. Mais humble, il se refuse à tout triomphalisme, vu que « L’on peut toujours tomber sur un os » : affirme-t-il sans plaisanter. Breton, un peu considéré tel le local de l’épreuve, il tient à apporter son soutien à cette manche du TTN, où il aura l’opportunité de retrouver des potes du milieu, qu’il n’a pas vus depuis un moment.

 

. Que deviens-tu depuis ta victoire lors de l’Ecotrail de Paris ?

- En mars, j’ai couru la TransVulcania, d’une distance de 80 km aux Canaries. Il s’agissait d’une manche de la coupe du monde de Skyrunning. C’était très relevé avec beaucoup d’étrangers. Sans être vraiment prêt à affronter un dénivelé de 4500 mètres en positif, j’ai décroché la 6e place et je termine second Français derrière François Dhaene. Donc, j’étais satisfait. Depuis, je me consacre essentiellement à la préparation de mes objectifs de fin de saison et qui comporteront une inclinaison importante : la CCC et la Réunion. Entre temps le 12 août, je participerai au regroupement de l’équipe de France à l’occasion de Sierre-Zinal. Trois semaines avant la CCC, cette épreuve de montagne de 33 km s’intégrera bien dans l’entraînement et permettra de retrouver les autres membres du team national. C’est important au niveau de la cohésion du groupe. Egalement, j’ai fait en sorte de cibler le Golfe du Morbihan en travaillant le spécifique.

 

. Pourquoi courir le Trail 56 alors que tu n’as pas besoin de jouer le jeu du TTN ?

- Ca va me permettre d’effectuer une bonne séance de rythme à 1h30 de route de chez moi, puisque je suis nantais. Aussi, c’est avec plaisir que je vais retrouver quelques-uns de mes adversaires. Principalement, Romuald Depaepe, vainqueur l’an passé. Concernant le TTN, effectivement je n’ai pas besoin de le jouer, car champion du monde en titre, je suis qualifié pour les mondiaux 2013, prévus au Pays-de-Galles. Mais, je ressens le devoir de prendre part à des compétitions inscrites au TTN. Cela me permet de participer à la vie fédérale. Ce qui est la moindre des choses, puisque la FFA fait beaucoup pour notre discipline. Bon, je ne m’alignerai pas à 4 manches, parce que mon planning ne me le permet pas. Il ne m’en manquera qu’une. J’ai couru Gruissan, l’Ecotrail et dimanche je serai sur le Trail 56. Courir les Templiers serait trop compliqué. Ainsi, on ne peut pas dire que j’ignore le championnat de France.

 

. A Vannes, comptes-tu te mêler à la lutte pour la victoire ?

- Dans un premier temps, je vais donner le meilleur de moi-même, animé par la volonté de me faire plaisir et de passer un bon moment avec des gars que j’apprécie.

Je vais revoir des coureurs, que je n’avais pas vus depuis un moment. Après, je vais jouer la gagne. Attention, parfois on peut tomber sur un os. Ca fait partie du jeu. Si tout suspense disparaissait, ce ne serait plus marrant.

.
                                                                                         
Favoris sur le 177 km
.
Christian Dilmi, vainqueur Ultra Marin 2011 avec record de l'épreuve.
  
  

Christian Dilmi : « Je vais me battre »

Vainqueur l’an passé, Christian Dilmi, 46 ans, tentera de conserver sa couronne. Cependant, ce spécialiste des longs ultras, titulaire d’un record de 7h39’ au 100 km et d’un cumul de 237, 220 km sur 24 heures s’attend une lutte titanesque en raison de la présence de Jean-Jacques Moros et de Guillaume Vimeney, tous deux redoutables compétiteurs. Néanmoins, déterminé l’Orléanais n’a pas envie d’abdiquer et attend ses adversaire avec sérénité.

 

. Outre la victoire, quelles sont tes motivations ?

- J’adore ce style d’épreuve qui s’étale sur plus d’une journée. Aussi, c’est fantastique de pouvoir courir dans cette région magnifique. Le site est exceptionnel. Sinon, je voudrais améliorer mon chrono et descendre sous les 19 heures. L’an passé j’aurais pu réussir un meilleur temps, mais je me suis perdu à deux reprises et j’étais handicapé par une légère blessure à un genou. Donc, ça devrait pouvoir passer. En plus, la météo ne s’annonce pas caniculaire avec une température agréable et pas de pluie.

 

. Comment s’est déroulé le début de la saison ?

- J’ai eu du mal à reprendre. Je souffrais des adducteurs, qui étaient bloqués. Ca a duré jusqu’au début du mois de mars. A partir de là j’ai pu reprendre et j’ai décidé de courir les 100 km de Belvès à la mi-avril, en dépit d’un manque de préparation. Je n’ai pu aligner que 3 sorties longues avant ce 100 bornes et j’y suis allé en me disant : « On verra bien. Soit ça passera, soit ça cassera ». Au final sur ce parcours vallonné, j’ai fini en moins de 8 heures. Ce qui m’a rassuré. Quinze jours après, j’ai enchaîné avec le Marathon de Sénart, bouclé en 2h53’. Ce marathon m’a permis de travailler le rythme. Ensuite, comme je tiens à réaliser un bon score aux France des 24 heures, prévus en octobre à Vierzon, j’ai participé aux 24 heures de Brive le 17 mai. Là j’ai payé le manque d’entraînement du début de saison. Dans la nuit j’ai connu un coup de mou et j’ai été contraint de dormir deux heures. Et j’étais tétanisé par les courbatures. Voilà pourquoi, je termine loin de mon record avec 221 km. Toutefois, j’ai pris ça avec philosophie. Ca m’a permis de gagner de l’expérience. Enfin, pour finaliser la préparation du raid, dimanche dernier j’ai couru le Marathon de Caen en 2h51’. Ca a été  l’occasion de vivre un week-end en famille, puisque mon frère Ludovic et ma mère ont également participé. Une fois la ligne franchie, Ludovic et moi nous sommes repartis 12 bornes en sens inverse pour aller encourager maman et l’accompagner au bout de son premier marathon, qu’elle  a fini en 4h41’. C’est pas mal à 69 ans. Voilà à quoi s’est résumée ma dernière longue sortie.

 

. Quelles sont tes ambitions ?

- Je vise la victoire, mais ça va être plus compliqué que l’année dernière avec Jean-Jacques Moros au départ. C’est une pointure. Il a réussi des trucs extraordinaires. Il a un super palmarès et incontestablement, il est le plus rapide parmi les inscrits. Après, ce genre d’effort comporte toujours sa part d’irrationnel et tout demeure possible. Je vais me battre. Je pense également à Guillaume Vimeney. J’ai lu une interview de lui sur Yanoo et il a l’air motivé. En plus, je ne pense pas qu’il refera les mêmes erreurs que l’an passé, qui l’avait contraint à l’abandon. Après, on n’est jamais à l’abri d’outsiders, ou d’étrangers. En fait, je vais viser ce chrono de 19 heures et il me donnera la place qui va avec. Sans doute un podium, et peut-être plus.

 

. Quel profil doit posséder le vainqueur potentiel ?

- Je dirais un profil mixte, capable de tenir sur la longueur. Un pur spécialiste du trail, amateur de parcours techniques et présentant un fort dénivelé manquera de vitesse et un athlète uniquement habitué à courir des 100 km, ou des 24 heures sur le bitume ne se sentira pas à l’aise au niveau des appuis.

 

. Pourrais-tu donner un conseil à ceux, qui souhaitent simplement aller au bout ?

- C’est pareil pour tout le monde. Déjà, il ne faut surtout pas partir trop vite. Sinon, ça risque de coincer à partir du lever du jour. Donc, à ceux courront ce raid pour la première fois, je leur conseillerais de prendre leur temps et de profiter du paysage. Dès le début, je les encourage à marcher dans les bosses. Enfin, penser à bien s’hydrater. Et comme moi, il faut prendre ça cool. Rester zen et se dire que l’on est là avant tout pour se faire plaisir. Vous verrez, ça passera tout seul.

  
.
                                                                                         
.
Jean Jacques Moros, gros palmarès en Ultra en France (TranseGaule, Ultra Trace St Jacques, marathon Cheverny ...)
  
JJacques sur la Transegaule avec sa maman !

Jean-Jacques Moros : Plus contemplatif que compétitif.

A la lecture en diagonal de son palmarès aussi épais qu’un annuaire téléphonique, Jean-Jacques Moros apparaît tel le grandissime favori : Un record de 6h51 au 100 km, une seconde place au Spartathlon en 2005, deux victoires à la Transe Gaule et cette année 87,5 km lors des 6 heures de Buc-sur-Yvette. Toutefois en grand contemplatif, ce poète de l’ultra a avant tout décidé de courir le Raid du Golfe, afin de s’imprégner de l’esprit du lieu et de vivre « Une belle balade », plutôt que de rechercher la victoire à tout prix.

 

. Il y a longtemps que tu n’étais pas venu sur cette épreuve, pourquoi as-tu décidé d’y participer cette année ?

- En effet, j’avais couru l’une des premières éditions et cela n’avait pas fonctionné. Je veux voir comment l’épreuve a évolué, parce que j’avais trouvé que c’était un peu brouillon. L’idée de ce nouveau parcours sous la forme d’une boucle impliquant la traversée du Golfe en Zodiac me plaît. Egalement, j’aime bien les départs en nocturne, cela exacerbe les sens. Au fond j’ai envie d’une grande balade sous des cieux ultra-marins, comme l’a écrit Rimbaud. Ca va me changer du bitume que j’arpente à longueur d’années et me permettre de découvrir cette région de la Bretagne.

 

. Tu emploies le terme de « Balade », pourtant ton score impressionnant réalisé en mars aux 6 heures de Buc aurait de quoi te rendre ambitieux ?

- Depuis Buc, j’ai connu quelques pépins. A l’occasion du Raid 73 je suis tombé et je me suis fracturé une côte. Donc, ça m’a handicapé un moment. Voilà pourquoi j’ai décidé de prendre ça cool. En plus je n’avais pas prévu d’en faire un objectif compétitif. Ca va me permettre de partir sans pression et d’humer l’atmosphère.

 

. Quels seront tes objectifs cette année ?

- Fin août, j’aimerais bien sortir un bon chrono sur 100 km, puis en octobre un bon score aux 24 heures de Vierzon.

 

. Qu’entends-tu par « Bon chrono et bon score » ?

- Si je tiens la même forme qu’à Buc, ces 87,5 km en 6 heures valent entre 6h45’ et 6h50 sur 100 km. Après,  concernant le 24 heures je serai moins affirmatif. Soit, je les ai faits relax, soit je me suis loupé. Disons que 240 km me conviendraient. Mais, si je peux aller au-delà et passer les 250 km, je signe tout de suite.

 

. Revenons au Golfe, je sais bien que tu as l’âme pérégrine, mais cependant quel résultat espères-tu ?

  1. -Si, ça ne va pas trop mal, j’aimerais taper un temps entre 20 et 24 heures, parce qu’au niveau de l’état de ma forme, je suis complètement dans le flou. Ca correspondrait à ma moyenne de base sans forcer outre mesure. La place, ça me passe au-dessus de la tête. Rien que le fait de terminer suffit déjà à mon bonheur. Je le répète, je ne pars pas avec l’état d’esprit du compétiteur qu’il m’arrive d’être. Parfois, il faut savoir relativiser. Courir à l’arrière avec les copains et partager l’effort avec eux, c’est sympa s’il fait beau.     

 

 
.
                                                                                         
Favoris sur le 86 km - Championnat de Bretagne de Trail long
.
Olivier Le Guern court sur le 86 km, licencié au club ffa de Trégueux Athlétisme, vainqueur du 86 km en 2010 et 2009.
  

Olivier, organisateur du HDB Challenge (le week end dernier) l'annonce très honnêtement : "je viens pour le titre de champion de Bretagne de Trail long".
Olivier connut pour être qqun de très franc, très direct l'annonce très clairement. "j'étais déjà venu à Vannes au marathon en octobre 2011 pour le titre. Donc cette année, je viens ici au Golfe pour mon titre en trail long. J'entend, je lis les différents posts sur le web sur ces problèmatiques de champion au rabais car il ne termine pas premier mais il y a un réglement très clair à la Fédé, celui de s'inscrire dans les temps et de courir avec son maillot de club. Moi je me suis licencié dans un club FFA, même si je cours dans une asso avec mes potes au HDB mais justement, cette licence me permet de ne jamais être embêté. Au marathon de Vannes, j'ai couru avec mon maillot de club FFA, j'ai fait premier breton, j'ai eu le titre ! On ne voit pas Christophe Lemaitre courir le 100m au France de piste le week end dernier et courir avec un tee shirt asics !".
.
Olivier fait figure de favori sur le 86 km mais il a qqun en ligne de mire : "j'ai vu que Stéphane Busnel du club de la Garnison de Rennes était là aussi et Thierry Le Floch de Quimper. Stéphane a terminé devant moi à Hillion, il fait 10 aux templiers (23km), top 30 aux templiers il y a 2 ou 3 ans.. je dois le surveiller. De toute façon, je suis un peu court en entrainement à cause de la course qu'on organisait la semaine dernière, mais je vais me battre pour ce titre."
 
Que penses tu du parcours Olivier ?
"c'est un parcours plus technique que celui des premières années sur le 86 km quand on partait de Vannes pour aller à Port Navalo. Là c'est dur, et le fait que la nuit tombe est assez cassant pour le moral car cela arrive toujours au moment où on en a plein les bottes. Alors il faut aller sa lampe, faire gaffe au sol, racine.. c'est assez dur moralement. Je trouve par contre que l'on arrive trop tard à Vannes dans la nuit."
Et le 177 km, un jour ?
"Oui pourquoi pas, mais pas tout de suite. C'est vrai que si un jour je dois faire une longue distance, je préfèrerais le Golfe à l'utmb par exemple car c'est plus roulant, et donc moins cassant. J'ai déjà fait le tour du Golfe en faisant le 86 km ancienne version et le nouveau 86 km. C'est vraiment beau, cela nous permet de découvrir un des joyaux de Bretagne !"
Tes prochaines courses Olivier ?
"je vais couper 15 jours début juillet pour faire une grosse prépa pour Belle Ile. Ce sera mon objectif et peut être par la suite les Templiers."
  
  
.
                                                                                         
.

 

 

Le 24 juin 2012

Commentaires (1 commentaire)

1. par hornyak valéric Le 25 juin 2012 à 18:39

Grand merci à tous les bénévoles que j'ai pu croiser durand mes 30 heures de course pour leur disponibilité,leur gentillesse et leur patience.Grand bravo à vous, vous avez été magnifique!

Soumettre un commentaire
Nom : *
E-mail : *
L'avatar Gravatar est basé sur cet e-mail.
Site internet :
Commentaire : *
 

< Revenir aux articles