H-5 avant le grand départ du 177 km

A 5 heures du départ il règne dans le port de Vannes une effervescence peu commune. Venus de  la France entière, les 780 challengers de l’Ultra-marin, long de 177 km se ruent vers le stand, où sont remis les dossards, car ils ont hâte de profiter d’une dernière sieste, loin du bruit et de la fureur ambiante, avant d’affronter ce défi magnifique.

 

Tous semblent étonnés par les conditions météos, alors qu’ils craignaient la pluie.

 

De la sorte, les néophytes simplement désireux de boucler cette boucle se demandent quelle stratégie adopter quant au poids de leur sac. Dois-je emporter autant de vêtements de rechange, où est-ce que je voyage léger ?

 

Egalement, l’idée d’arriver dans un premier temps à Port-Navalo, où se situe la mi-course et, où ils franchiront le Golfe en Zodiac les fascine. Combien de temps dure la traversée ? Lorsqu’il leur est répondu que cela varie entre 10 et 20 minutes, certains s’inquiètent et se  demandent si après cette pause, il ne va s’avérer compliqué de « Remettre la machine en route ». A l’inverse, d’autres rêvent d’atteindre ce point et de vivre cette expérience unique, où dans la nuit et accompagnés par les goélands, ils vont voguer sous un ciel étoilé et humer cet atmosphère « Ultra-marine ».

 

Bref, les esprits bouillonnent.

 

Sinon, habitué à cet événement, qu’il avait remporté en 2009, Jean-François Harruis se montre philosophe. Interpellé par une multitude de coureurs qui le questionnent, avides de derniers conseils, à 54 ans, le doyen de l’équipe de France des 24 heures leur répond en pratiquant l’art de la métaphore : « Le Raid du Golfe, je le considère comme un quatre quarts breton. Durant le premier quart, je freine. Au cours du second, je maîtrise. Pendant le 3e, je résiste et dans le dernier, je m’arrache. A tout à l’heure les gars et j’espère que l’on partagera une bière samedi.  »

 

Du côté des féminines, Chantal Trégou et Amandine Roux, qui compteront parmi les protagonistes envisagent cet effort différemment.

 

La principale hantise de Chantal demeure la nuit pour la raison suivante : « Je réside à proximité de Toulouse. L’an passé, une joggeuse s’est faite assassinée la nuit en pleine nature. Depuis, je vis une peur panique à l’idée de me retrouver seule dans les ténèbres. L’année dernière, ici tout s’est bien passé à ce niveau, parce qu’en gentleman un concurrent s’était dévoué pour m’accompagner. Au fond, je veux parvenir à surmonter cette angoisse. Donc, ce soir je m’arrangerai pour progresser seule le long du littoral »

 

Au contraire, la Dijonnaise Amandine Roux, hantée à l’idée de se perdre va évoluer avec son boy’s band : « Ils vont me rassurer. Ca leur fait plaisir de courir auprès de moi. Ainsi, nous allons vivre une aventure humaine. Maintenant, j’avoue que cette distance m’impressionne. Jamais je n’ai aligné plus de 100 km. Bon, on verra. A plus tard. Je vais me coucher, pour emmagasiner de l’énergie. En plus, il m’a fallu 8 heures de voitures pour rejoindre Vannes ».

 

A 19h00 donc 760 coureurs s'élanceront avec une boucle de chauffe de 1km200 dans Vannes. Ces coureurs seront devancés par la joellette des pompiers de Vannes et un relais de gendarmerie en hommage à leur copain motard décédé en novembre 2012 et qui devait le faire.

Le vrai départ sera donc lancé à la sortie du centre ville de Vannes, le long du port de plaisance !

 

Damien Verdet ne sera pas présent demain sur le 56 km.

 

Pour le Grand Raid :
http://sportinnovation.fr/suivi_track/public/index.php?crs=185


Le Raid :

http://sportinnovation.fr/suivi_track/public/index.php?crs=381


Le trail :

http://sportinnovation.fr/suivi_track/public/index.php?crs=382


La Marche :

http://sportinnovation.fr/suivi_track/public/index.php?crs=383

 

Le 28 June 2013

Commentaires (0 commentaire)


Soumettre un commentaire
Nom : *
E-mail : *
L'avatar Gravatar est basé sur cet e-mail.
Site internet :
Commentaire : *
 

< Revenir aux articles