Trail 56 km - Victoire de Benoit Holzerny et Murielle Brionne

Ultra Marin Raid du Golfe - 56 km départ 14h du Bono

 

 

1260 Traileurs se sont donnés rendez-vous pour le Raid 56 km, tous les favoris étaient réunis comme Benoît Holzerny, Romuald De Paepe, Olivier le Guern, Muriel Brionne, Frédéric le Jeune.

 

Le 56 km fait partie du Trail tour National et également du championnat de Bretagne Trail Long 2013.

 

Sur la ligne de départ avant 14h, tous les favoris et favorites ainsi que les licenciés FFA Breton se sont avancés sur la ligne de départ devant la masse de coureurs.

 

Le départ du Bono a été modifié avec une boucle de 2 km dans le centre ville, permettant de fluidifier le groupe de coureurs avant l'accès aux sentiers.

 

Très vite c'est le Team ADIDAS avec Benoît Holzerny et Romuald De Paepe qui ont pris les commandes. Derrière Olivier Le Guern et Mickael Guezello chassaient le groupe de tête. Olvier visait quant à lui le titre de Champion de Bretagne de Trail Long 2013.

 

 

 

C'est Benoit Holzerny qui remporte le Trail 56 km devant Romuald Depaepe à coup d'accélaration. Pourtant partis ensemble, Benoit a emmené son compatriote du Team Adidas. Mais il a pu accélérer quand il a voulu s'exclamait Romuald à l'arrivée. Le troisième est Olivier Le Guern qui devient le nouveau champion de bretagne de Trail long 2013.

 

En l’absence de Damien Vierdet, forfait en raison d’un souci récurrent au niveau d’un tendon d’Achille, seuls Benoît Holzerny et Romuald de Paepe apparaissaient en mesure de remporter le Trail 56, inscrit au TTN. En effet, ces deux coureurs ont rapidement pris la poudre d’escampette et se sont livrés à une lutte fratricide, comme l’expliquent ces représentants du team Adidas.

 

Vainqueur en 4h00’30’’, Benoît Holzerny a relaté son périple morbihannais :

 

« Je sors d’une mauvaise période. Suite aux Gendarmes et aux Voleurs, j’ai couru le Trail de Sancerre. Là, j’étais dans une mauvaise phase. Heureusement, une semaine après, je me sentais mieux. Avec Romuald, nous avions fait de cette épreuve un objectif, puisque nous sommes plus à l’aise sur ce type de parcours sans dénivelé. Suite au départ, nous nous sommes retrouvés à 5 devant. Sur le premier secteur goudronné, « Romu » a relancé et ils n’ont pas résisté. Après, on est resté ensemble jusqu’au 36e km. Là, dans une descente j’ai allongé la foulée et je ne l’ai plus vu. Je pensais qu’il était vraiment proche de moi, mais parvenu à un ravitaillement, j’ai compris que l’écart s’était creusé. Ca m’a boosté et m’a motivé pour m’accrocher sur la fin, où j’ai connu des hauts et des bas à partir du 45e km. Le plus dur, c’est de se dire, que les 10 dernières bornes qu’il reste vont exiger 45’ d’effort. Cependant, comme j’avais envie de gagner, j’ai serré les dents et quand tu entames la dernière ligne droite à 3 km du but, tu ressens comme une forme de délivrance. Là, je vais prendre une semaine de vacances. Ensuite, j’envisagerai les Templiers et non les France à Gap. Je ne me sens pas prêt à enchaîner autant de compétitions »

 

Fair Play, Benoît a attendu  « Romu » sur la ligne, franchie en 4h03’44’’. Ancien vainqueur, le Picard a analysé plus précisément la nature du tracé : « Durant les premières heures, c’est hyper roulant et d’un coup, quand tu te retrouves au 32e km, tu bascules dans un univers différents, parsemé de racines, de rochers, de petites montées. Tout cela implique des relances et j’ai lâché à un moment. Néanmoins, je suis satisfait. Sur ce terrain, j’ai pu pleinement m’exprimer. Je serai également présent au Festival des Templiers, mais le Marathon des Causses me suffira »

 

Olivier le Guern a complété le podium en 4h27’16’’.

 

 

 

 

 

     

 

Chez les filles, victoire de Murielle Brionne

 

 

 

Murielle, marathonienne titulaire d’un record de 2h42’, ancienne internationale sur 100 km a découvert le trail en dilettante l’an passé via « Les Crêtes d’Espelette » et les « Gendarmes et les Voleurs » sur des formats courts n’excédant pas 33 km. Désireuse d’aller plus loin, la Morbihannaise a tenu à s’essayer à domicile sur un standard plus long. Bien lui en a pris, puisqu’elle triomphe en 5h00’19’’. Cependant, elle ne s’imaginait pas que cela serait si difficile :

 

« J’ai les jambes cassées. Je suis partie à 12 km/heure, comme lorsque je courais des 100 km. Mais cela s’est avéré trop rapide par rapport à la difficulté de ce circuit. D’entrée, je me suis retrouvée leader chez les féminines. Donc, j’ai couru en compagnie des hommes. Je me suis prise au jeu et je l’ai payé. En plus, on a subi la chaleur. Je me suis déshydratée. Pourtant, je m’arrêtais à tous les ravitaillements pour boire et pour m’asperger. Je pensais que cela allait passer plus vite. J’enviais les gens, qui se prélassaient sur la plage. J’aurais voulu terminer en moins de 5 heures. Or, je finis en 5h00’19’’. Fin septembre, je prendrai part au Marathon de Berlin, j’aimerais bien faire un temps, mais je sais qu’à 45 printemps, je ne battrai pas mon record »

 

Le 01 juillet 2013

Commentaires (0 commentaire)


Soumettre un commentaire
Nom : *
E-mail : *
L'avatar Gravatar est basé sur cet e-mail.
Site internet :
Commentaire : *
 

< Revenir aux articles