Ultra Marin Raid du Golfe - 177 km - Stéphanie Le Floch, Amandine Roux et Chantal Trégoux

 

 

 

Stéphanie le Floch (en noir) : Première féminine

 

Victorieuse du semi raid l’an passé, Stéphanie le Floch, 36 ans, du team Run and Swim s’est imposée en 21h24’31’’ sur le Grand Raid. Elle se hisse même dans le top 15. Pourtant son ambition se limitait simplement à finir. Heureuse, elle revient sur cette première expérience concluante et évoque son avenir dans le domaine de l’ultra :

 

« Je ne venais pas pour gagner. Cette victoire m’estomaque. Je vis un rêve Je me suis lancée dans cette aventure, motivée par l’idée de repousser mes limites. J’ai débuté le trail en 2011 à l’occasion du Marathon des Causses.

 

 Ensuite, j’ai couru le semi raid et aujourd’hui le Grand Raid. Par rapport à des distances plus courtes, la gestion de l’effort est complètement différente. Je pense que je suis partie un peu vite. J’étais en tête jusqu’au 60e km. Là, Amandine Roux m’a doublée. Vu son palmarès, je savais qu’elle allait revenir.

 

C’est une sacrée petite nénette. Face aux kilomètres qu’il restait à couvrir, j’ai serré les dents. Je me suis dit, qu’il ne fallait pas lâcher. Mais je l’ai rattrapée à 40 km de l’arrivée, sans le savoir. Ce sont les gens, qui m’ont dit que j’étais devant.

 

 J’ai pensé : « Il va falloir assurer pendant 40 bornes, tout en vivant constamment avec la hantise, qu’elle me double. Sur le parcours, par moment, j’avais l’impression de tourner en rond. Les racines, les pierres, les tentes des ravitaillements  se ressemblaient. Enfin, c’était une belle expérience.

L’an prochain, je vais préparer les 100 km de Belvès, parce que sur marathon, je stagne à 3h05’. Il faut que j’oublie cette distance. J’y reviendrai, quand je serai vétérane. Moins de 10 heures serait un bel objectif »   

 

Amandine Roux : Seconde féminine

 

Première de l’Ultra Trail de Côte d’Or, Amandine Roux, 28 ans, n’avait jamais couru plus de 105 km. Satisfaite de sa seconde position, la Dijonnaise semble désormais entraînée dans la spirale de l’ultra :

 

« J’ai vécu un truc fascinant. De nuit, ce littoral c’était surréaliste. En fait, on n’a pas besoin de son MP3. J’entendais le bruit des vagues. J’observais les étoiles filantes. Par contre, il fallait rester vigilant, faute de quoi on peut facilement chuter, entre les cailloux et les racines. Egalement, je me suis enflammée trop vite. J’avais Stéphanie le Floch en point de mire et j’ai accéléré pour la doubler.

 

 Quand elle m’a repassée, j’ai adopté une attitude positive. J’ai pensé : « Il vaut mieux être le chasseur que le chassé. Même si j’ai souffert, je suis contente. Je me suis arrachée un ligament au niveau de l’orteil.

 

Ca va m’empêcher de courir un moment. Mais, je vais persévérer. Comme j’ai réussi à courir 170 km au niveau de la mer, l’an prochain je voudrais une distance similaire avec du dénivelé. Je voudrais vivre la Diagonale des Fous à la Réunion et également le Marathon des Sables »

 

3ème de la course - Chantal Trégoux

Chantal Trégoux arrive donc en 3 ème position avec un retard une heure de plus que l'an passé.

A l'arrivée elle s'explique :

"Il y a 6 semaines j’ai fait les 24h de Brives où j'ai fait 206 km. Je savais que je ne venais pas chercher un truc… Je suis venue car je connais Jeff, Ludo, Christian Dilmi .."

 Tu avais un peu peur de courir seule ?

 

"Par choix , je l’ai fait ! C'est vrai que je ne cours jamais seule en campagne… je n’aime pas courir dans le noir.. j’ai eu le souvenir d’un chien rencontré dans la nuit lors d'une sortie et depuis j'ai un blocage. J’ai bien géré.. mais j’ai raté bcp de rubalises… 4 à 5 fois, j’ai dû faire demi tour … J'avais 3 lampes frontales en continue.

 

Je suis resté concentrer… mais j'ai buté sur des racines… Au total je suis restée seule que 2 h durant la nuit.

 

En moyenne j'ai couru 14mn et fait  2mn de marche…. Je me raccrochais à des groupes…

 

J'ai su que ce serait dur très vites car j'ai eu des ampoules au bout d’une heure… puis ensuite j'en ai eu d'autres.

 

JE suis contente. Je n'ai pas voulu faire attention aux classements… je ne suis jamais dans le dur … je ralentis dès que j’ai mal !"

 

 Et maintenant  ?

 

"Je fais une pause en juillet car je souhaite faire autre chose."

 

Le 30 juin 2013

Commentaires (0 commentaire)


Soumettre un commentaire
Nom : *
E-mail : *
L'avatar Gravatar est basé sur cet e-mail.
Site internet :
Commentaire : *
 

< Revenir aux articles