Les conseils de Caroline, coach du club Ultra Marin

 

La Ronde des Douaniers, une allure à conserver

En 2016, le premier coureur finissait la course en 2H07, soit une vitesse supérieure à 16Km/H (1ère féminine en 2H35). Sur ce terrain à faible dénivelé (37M+), il est possible de conserver une allure élevée, voir même très élevée pour les premiers qui essayent de se placer en courant à plus de 17Km/H sur les premiers kilomètres. Ils seront 68 sous la barre des 3H. Sur 1326 partants, 220 coureurs pourront boucler la course entre 3H et 3H30, 405 environ entre 3H30 et 4H, et 513 entre 4H et 5H (80 en plus de 5H). Pour cette course à faible pourcentage d’abandons (plus de 97% des partants sont finishers) il faudra travailler et mémoriser une allure de course et avoir une bonne stratégie. Les départs trop rapides sont toujours aussi pénalisants que pour un marathon.

On distinguera deux types d’athlètes, ceux qui sont entraînés et qui pourront « statistiquement » s’approcher de 80% de leur VMA durant la course, et les « prudents » ou « débutants » qui auront une vitesse de soutien entre 60% et 70% de leur VMA, leur allure de footing. Cette vitesse sera variable en fonction de la météo, des difficultés du parcours et de la fatigue, souvent installée entre le 20ème et le 30ème kilomètre quand le cerveau joue son rôle de protecteur.

Les plans proposés seront ajustables en fonction des objectifs de chaque athlète. Pour ceux qui veulent « faire un chrono », il faudra travailler une allure spécifique pendant les prochaines semaines, et pour ceux qui jouent la prudence, il faudra varier les allures pour éviter de rester sur une zone « de confort ». Bonne préparation.

 

Caroline Guidoni

Coach de la section Trail du Club Ultra Marin

 

Le 06 May 2017

Commentaires (0 commentaire)


Soumettre un commentaire
Nom : *
E-mail : *
L'avatar Gravatar est basé sur cet e-mail.
Site internet :
Commentaire : *
 

< Revenir aux articles