L'ultra Marin du Morbihan reste unique en son genre!

Ce fut encore un sacré bon tour que cette virée en Morbihan, comme l'an dernier, avec encore en tête les images inoubliables de cette luxueuse balade autour du golfe, captées et emmagasinées à la sauvette ou à satiété, sans l'aide d'une quelconque machine à figer le temps. Aussi, plein de confiance et sans l'anxiété de la nouveauté, je pris ce nouveau départ ce vendredi vers 19h, avec en prime une petite déambulation hors chrono au cœur des vieilles pierres et venelles de Vannes. Jolie promotion qui a permis un lâcher "pour de vrai" des coureurs, avec les gazelles en avant poste, que nous ne reverrons que sur les pages des magazines sportifs, puis le gros des troupes, ravi de trottiner en papotant le long du port. Passé la tambourinade d'un fidèle grognard posté sur le premier pont, la belle aventure ultramarine pouvait recommencer pour cette édition 2013. Son parcours avait été légèrement remanié aux dires des organisateurs, mais sans doute peu perceptible dans cette côte infiniment découpée, dentelle légère, tricotée au gré des caprices du vent et des marées. Par contre, la variété des points de vue et des éclairages, rasants ce vendredi soir paisible et lumineux, plus variables le samedi à dominante nuageuse mais maintenant une température idoine, puis à nouveau glorieux le samedi soir, nous détournait de tout ennui de chemins reconnus et presque familiers, comme cette douce impression d'être déjà passé par là mais sans certitude.

A nouveau, la qualité de l'accueil des bénévoles et organisateurs ne fut nulle part mise en défaut, notamment lors des haltes tant espérées, car garant d'y retrouver énergie et plein de sucres lents (ah la belle combinaison soupe, purée/pâtes et riz au lait pour bien tasser ce savant empilement), le tout avec des sourires innombrables comme ceux de la mer et du reflet des flots. Au passage, une signalétique même sommaire annonçant les ravitos serait vraiment appréciée (un seul panneau, annonçant l'arrivée à 10km sur 177km, la marge de progression existe!). Les zodiacs, c'est un bon signe, firent leur office avec efficacité et professionnalisme, mais proposant un périple forcément trop bref pour profiter du paysage et de se détendre un peu, mais gare à la relance à Locmariaquer, ça grinçait pas mal aux entournures après une petite centaine de km! Heureusement, le très large éventail de soins proposés aux trois grands arrêts (pédicure, ostéo, massage et médecine générale) offrait aux plus affaiblis une chance de repartir clopin-clopant (rien à voir avec la cigarette, pour les djeunes) pour terminer cette étonnante boucle autour de la petite mer du Morbihan au sens littéral (et surtout littoral) du terme. A noter, pêle-mêle, les estampes japonaises des troncs noueux sur fond d'azur, les beaux chemins un peu ténébreux au cœur des bois de Crach', les ruelles chaulées de Locmariaquer, l'inusable pont de Saint Goustan, ce long chemin de ronde entre sable et muraille, bardé de volées d'escaliers qui mises bout à bout conduiront aux 1000D+ annoncés, ces champs de salicorne (je me risque un peu) près de Larmor Baden, bref allez donc y faire un tour/détour, au pire dégustez le joli petit film consacré au golfe sur le site de l'épreuve.

Sans doute du fait de conditions météo parfaites (avec un terrain très sec cette année), je ralliai Vannes vers les 1h du matin ce dimanche, (presque 2h plus tôt que l'an dernier), ravi de ce joli tour dans le grand ouest. Ce ne peut être qu'encouragement à y revenir!

Claude Mirodatos, 151ème, 8ème V3H, 30:01:27, club Foulée Muroise, aux portes de Lyon.

 

 

Le 23 novembre 2013

Commentaires (0 commentaire)


Soumettre un commentaire
Nom : *
E-mail : *
L'avatar Gravatar est basé sur cet e-mail.
Site internet :
Commentaire : *
 

< Revenir aux articles